Archive for the 'Danemark' Category

Companies vote too in Denmark

I am just coming across a quite interesting, bold and original case of on-line corporate communication. This for 2 reasons: the way I heard about that campaign and its actual content.

I found out about it through a Facebook group recently joined by a friend of mine which triggered a notification on my news feed. While parliament elections are planned for next weekend in Denmark, the group claims (in danish) that “I don’t care who is candidate, I am voting for saxo bank”. Saxo Bank is a Denmark-based fast growing on-line bank specialized in trading and investment for both private and corporate clients.

The group links to a specific page on Saxo Bank’s website where one discovers a direct message from the 2 co-CEOs to the voters arguing for lower marginal income tax in Denmark. The argument builds on the current shortage of qualified workers (a burning issue for many employers in the country) and concludes in a Lafferian fashion that the current marginal tax results in… lower overall tax income for the state and lower welfare level. The claim is supported by various studies from danish and international organizations like the OECD and the Danish Minister of Economy (for the serious part) and a small animated movie (for the fun part). But the website goes even further as, even though it does not support any specific candidate or party, it enjoin people to take action by providing a map of all voting regions with, for each of them, the list of all candidates supporting a tax reform for lower income tax. This includes candidate from the Conservative Party, the Liberal Party and the newly formed Center-Right Alliance.

This website seems to be part of a broader lobbying campaign orchestrated by Saxo as I was just reading an article on daily newspaper Berlingske reporting on a Saxo survey that shows how Denmark misses millions of DDK in tax (7,58 dkk = 1€) for every single worker choosing to live abroad.

Obviously both threads aim at convincing the voters that high income tax = lower welfare (an important benefit for most voters in DK, even economically conservative ones). Even though the argumentation is fundamentally biaised for me (the figures put forth never balance the influx of of immigrants coming to DK whose mobility contribute to tax revenues), I find it interesting to see a company publicly taking a clear position and willing to get involved into political debate through direct communication to the voters rather than resorting to behind-the-scene lobbying or dubious friendships between politicians and business leaders (ask Sarkozy for details…). As far as I can remember, I have never seen a major company that is not a press company getting so much involved and taking a clear stance through the voice of its management team. (Patagonia did it during the 2004 US presidential elections but the public exposure in the national context aren’t comparable and there was no such tool developed to evangelize the publics and media)

Moreover the role that social platforms such as facebook can already play in promoting (or criticizing) such initiative will definitely make them a center of attention, not only to marketeer and advertisers but to political candidates. Thus, depending on their preferences, Danish voters can already be “facebook-friends” (sic) with economically liberal prime-minister Anders Fogh Rasmussen (2,613 friends) or Social-democrat opponent, Helle Thorning-Schimdt. (2,583 friends).

Advertisements

“Hide this breast out of my (Amex) sight”

To my surprise Politiken informs us that it is no longer possible to pay for drinks in Copenhagen’s strip bars with an American Express card !

Apparently Amex considers strip bars as part of the pornography business and therefore refuses to grant card owners the possibility to use them for such morally unsuitable behaviours. Pornography is illegal so are strip bars !

Hopefully, the owner of several strip bars in the city seems willing to lead the rebellion against such discriminating policy that threaten tourists’ enjoyable experience of the city. (sic)

If the argumentation is said to be based on legal restrictions, as the articles rightly points out, there is no doubt that this policy is primarily informed by moral considerations. As much as I support the initiative taken by financial institutions against child pornography (apparently a booming industry of 20-ish billion $ a year !!!), I can’t but laugh at again another example of moral quest that the management of certain companies pretends, consciously or not, to impose on consumers.

Funnily enough, Amex seemed to have much more prosaic issues in mind when they started refusing payment for adult webiste in 2000: here.

In Denmark too Sarkozy’s unexpected but well-publicized performance during his press meeting at the last G8 became a hit: the article featuring the episode ranks top of the week on politiken (bottom right). Refreshing or sad if you consider that latest up-date on extravagant Paris Hilton  is “only” 5th ?

To finish here with the news from Denmark, Le Monde runs an article on the current paradox of the Danish economy: the situation is so satisfying (historic low unemployement at 3.7%, low inflation, sound public finances, etc) that is start posing a problem: tapping into the growth potential for 2007 and 2008 will prove difficult as companies cannot find qualified workers to address the demand they are facing.

Denmark has one of the highest activity rate of the OECD countries so postponing the pre-retirement age and lowering the income tax level so to attract foreign workers are among the few likely solutions. Something the article does not tackle is that a priority should be to put an halt to the populist and simplistic rhetoric of the appalling Dansk Folkeparti and its pathetic leader Pia Kiersgaard. Both, despite being per se an insult to human intelligence have enjoyed increasing power of nuisance in national politics during the last couple of years and have managed to frame the political agenda way beyond their actual size (and understanding of the issues at stake). This has been made possible mainly by the lack of a stable majority from the moderate & conservative parties.

I  hope that the emergence of a new center party, Ny Alliance, as well as the penalizing shortcomings of labour will allow to open up further the debate on Denmark radical anti-immigration policy during the last couple of years. (Just as a sad example, Danish people sometimes had to move to Sweden with their foreign lover so to be able together as Denmark refused to grant them residence permit!) Aside from political or ethical considerations, this might be the price for sustaining the flourishing economy.

“Plus de flexibilité, plus de liberté”

Hier avait lieu le traditionnel rasssemblement du 1er mai de la gauche danoise à Fælledparken, dans le quartier d’Østerbro, oú je vis. L’événement qui est aussi le prétexte á un grand happening festif arrosé à la Tuborg n’a pas forcément la même connotation strictement politique qu’en France. Il suffit d’observer les hordes de collégiens alcoolisés venus profiter du soleil et d’une journée chaumée pour s’en convaincre.

Il n’empêche. Comme la tradition le veut, le président des socio-démocrates (en l’occurrence, la présidente), Helle Thorning-Schmidt s’est adressée au public présent. Je n’y étais pas mais ses propos ont été retransmis le soir dans le journal TV de DR1, (disponible ici, pour les danophones) m’ont singulièrement surpris.

thorning-schmidt.jpg

En effet, alors qu’au même moment, depuis Charléty, Ségolène Royal, qui affirme régulièrement vouloir s’inspirer du modèle de la sociale-démocratie scandinave pour réformer l’Etat providence, affirmait avoir entendu les craintes et aspirations de la gauche anti-libérale et altermondialiste, les déclarations de Helle Thorning-Schmidt me sont apparues singulièrement en décalage avec la ligne dominante au PS et même l’état de l’opinion francaise. Mais peut-être ceci tient-il davantage de la manière de poser le débat.
Quoiqu’il en soit, H.Thorning-Schmidt a en effet proposé de libéraliser le temps de travail des fonctionnaires afin de leur permettre de travailler plus que les 37 hebdommadaires réglementaires et d’accumuler les heures afin de se ménager des périodes de repos tout au long de leur vie active (éducation complémentaire, maternité/paternité, etc). D’aucuns y verront probablement un moyen “de travailler plus, pour gagner plus”.

logops.jpeg logo-sd.gif

Helle Thorning-Schmidt a résumé la philosophie d’une telle revendication ainsi : “Plus de flexibilité, plus de liberté pour les salariés de la fonction publique”.

Je me demande bien quelle eût été la réaction des militants, sympathisants et cadres du PS et de ses alliés si Séguolène Royal leur avait vendu, elle aussi, cette fameuse flexibilité…

Le vote original des francais du Danemark

Chose promise, chose due. Voici donc les résultats du vote des Francais de Copenhague, récupérés sur le site de l’ambassade et mis en perspective avec les chiffres nationaux et ceux des francais de l’étranger.

vote-dk.png

Quelques brefs commentaires s’imposent:

Notons d’abord un taux de participation très honorable à +10 points par rapport à celui des francais de l´étranger en général.

On constate tout de suite une polarisation des votes très forte sur les 3 candidats arrivés en tête : Royal, Bayrou et Sarkozy puisqu’ils rassemblent plus de 90% des suffrages exprimés !

Le fait majeur est évidemment la forte prégance du vote Royal, bien plus haut que la moyenne nationale (15 pts!) et l’arrivée de Sarkozy en 3eme position seulement, derrière Bayrou qui s’intercale avec 27%. Il y a donc un contraste fort du vote “danois” avec, non seulement les résultats globaux, mais encore davantage avec le vote des francais de l’étranger, davantage sarkozyste. (voir, par exemple, les résultats locaux dans la baie de SF, disponibles chez les “grenouilles dans la vallées” et ceux de SF chez Julien)

Je note au passage que les résultats au Danemark sont très proches de ceux relevés au bureau de Osaka par Thomas, depuis sa “rivière aux canards“.

Coincidence ? Peut-être pas car à en coire mes vieux cours de management interculturel à CBS, nombre d’études comparatives sur les système de valeur nationaux indiquent une étonnante proximité entre le Japon et le Danemark. Quoiqu’il en soit, je vais peut-être éviter de tirer des conclusions rapides sur 200 votants…

Evidemment, une question reste malgré tout en suspend: les disparités du vote des francais établis en baie de SF, à Osaka et à Copenhague s’explique-t-elle par une différence quelconque dans la structure (démographie, profession, etc) de la poupulation expatriée – par exemple, une proportion supérieure d’entrepreneurs à SF et plus de fonctionnaires, enseignants, etc à Copenhague – ou de manière beaucoup plus subtile par l’influence relative de l’environnement culturel local sur les dispositions politiques des francais qui y vivent.

En d’autres mots, choisissons nous l’endroit oú nous vivons par affinité culturelle a priori ou bien somme-nous modelés par celui-ci une fois sur place? C’est á la lumière de cette question qu’on pourra lire Castoriadis et Sansot :

“Et, comme le savait déjà Platon, les mûrs même de la villes socialisent les enfants (et les jeunes, et les adultes) très au-delà de toute “intention” explicite de celui qui les a construits.”

Cornélius Castoriadis, “Koinônia, Individu, Société, rationalité, histoire” , in Le monde morcelé, les carrefours du labyrinthe, Tome 3 (2000/1990), éditions du seuil, Points Essais, p.65

“Or, si la ville existe ou si elle a existé, n’est-il pas naturelle qu’elle nous ait produits, nous, hommes des villes, pour que nous proférions ouvertement ce qu’elle avait à dire?”

Pierre Sansot, Poétique de la ville, (Poche – 2004) petite bibliothète payot p.34

médias et démocratie : enseignements danois

Avertissement : ce qui suit n’est pas une fable utopiste, pas plus qu’un compte d’Andersen au temps de la TV réalité !

Je regardais ce soir à partir de 20h30 une emission spéciale sur DR2 (le France 3 danois, si l’on veut) concernant la “guerre contre le terrorisme” (l’expression de W. Bush reprise de l’anglais est largement passée ici dans le langage courant) depuis 6 ans. Au programme 2h d’un “multilogue” construit et instructif avec un panel de 8 7 invités dont les ministres de la Défense et des Affaires Etrangères, le (enfin la) leader des Socio-démocrates, première force d’opposition et le très populaire numéro 2 – né en Syrie et naturalisé danois – de ce qui serait en France, la 3e force de Bayrou.

En face, pour les interroger, une vingtaine de témoins, des experts en défense, un jeune soldat passé par l’Afghanistan, des professeurs d’université spécialistes de questions internationales, du Moyen-Orient, un représentant de Think Tank Afghan, des immigrés originaires de la région, etc. Le tout était animé par un journaliste trentenaire, tenace, vif, aux antipodes du ronron bienvaillant mais stérile de ses collègues sexagénaires francais.

Les questions de nos témoins, loin des préoccupations nombrilistes des 100 francais servies par TF1 il y a quelques semaines, sont précises, intelligentes, argumentées. Lorsque ceux-ci n’obtiennent pas les réponses attendues, ils insistent, reformulent la question, développent leur point de vue. Le comble ? Notre jeune soldat qui exprime publiquement et sans détours les doutes que son expérience sur le terrain lui inspirent quant à l’optimisme mesuré affiché par ministre de la Défense en personne ! A aucun moment les invectives entre politiciens de bords différents ne prennent le pas sur les réponses construites et pédagogiques même si les différences d’appréciation sont réelles. Au lieu de s’interromprent mutuellement et de hausser le ton, nos politiques lèvent le doigt pour demander un droit de réponse et attendent patiemment leur tour tout en écoutant les autres s’exprimer. Au cours de ces 2h, on prend le temps de discuter, avec un niveau de précision rarement observé en France, les causes du terrorisme, la situation iraquienne, le rôle du Danemark en relation avec l’OTAN ou les Etats-Unis, les modalités de la coopération diplomatique et militaire européenne, les problèmes stratégiques que pose la situation au Sud de l’Afghanistan, le nucléaire Iranien et les liens entre tous ces pays. Pas de clichés, pas de vacuité mais l’exposition polyphonique des priorités, des motivations et des logiques d’action et surout une réelle volonté de chacun de contribuer pour le bénéfice de tous à ces problématiques dont chacun semble bien comprendre qu’elles font partie de la marche d’un monde commun au delà du replis et des frontières symboliques des Etats.

Bref, un moment de télévision intelligent qui fait plaisir et rassure mais qui ne peut que surprendre celui qui l’observe à l’aune des standards télévisuels qui prévalent en France à ce jour. Plus encore que l’absence de cette ouverture et de cette volonté farouche de comprendre dans les médias, ce sont les modalités surannées de leur traitement qui semblent préjudiciables: ethnocentrisme, superficialité, refus des questions de fond au profit des raccourcis cathodiques, des effets de manche ou de l’auto-promotion, (on pense ici, entre autres, à ce bon M. Douste.Blazy…) impossibilité de dépasser le langage convenu et largement langue de bois. Qui peut, par exemple, sérieusement imaginer un simple soldat interpeller son ministre de tutelle devant les caméras ?! En un mot, c’est rafraîchissant et cela prouve que les médias, TV traditionnelle autant que web2.0 peuvent nourrir la pratique de la démocratique en faisant le pari de l’intelligence de leur audience et en engageant un dialogue qui ne se résume pas au populisme démagogique.

De lá à ce que celá ce passe prochainement sur TF1 ou France Télévisions…


Let this diversity of opinions be propounded to, and laid before him; he will himself choose, if he be able; if not, he will remain in doubt. "Che non men che saver, dubbiar m' aggrata." ["I love to doubt, as well as to know."-- Dante, Inferno, xi. 93] for, if he embraces the opinions of Xenophon and Plato, by his own reason, they will no more be theirs, but become his own. Who follows another, follows nothing, finds nothing, nay, is inquisitive after nothing. "Non sumus sub rege; sibi quisque se vindicet." ["We are under no king; let each vindicate himself." --Seneca, Ep.,33]"
Montaigne - Essais I, XXVI, Of The Education of Children
Add to Technorati Favorites

October 2017
M T W T F S S
« Feb    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Blog Stats

  • 7,847 hits