Les chiffres paradoxaux de l’institut CSA

Hier, Laurent, sur Embruns, mettait l’accent sur les étranges prévisions de l’institut CSA publiées le 20/04, et qui, pour la première fois, donnaient Le Pen (16,5%) devant Bayrou (16%).

J’avais, comme lui, relevé l’étrangeté des prévisions qui ne correspondaient pas à la tendance indiquée par tous les autres instituts (Bayrou comme 3e homme, voir ici). Que ces estimations sortent à quelques heures de l’interdiction des sondages, avec l’effet – ou les effets – qu’une telle annonce pouvait potentiellement avoir sur les électeurs et notamment sur les indécis, ne faisait que rajouter à ma circonspection.

Les résultats définitifs d’hier soir, plaçant Bayrou très largement devant Le Pen, ne l’ont pas atténuée.
Mais il me semble qu’il y a peut-être plus étonnant encore. En effet, dans ce même sondage du 20/04, le CSA teste un 2ème tour Sarkozy VS Royal et communique une estimation à 50%-50%, (ici, voir bas de page). Pour la 1ère fois depuis le 21/03 (sondage CSA également), Royal ferait ainsi jeu égal avec Sarkozy. Un score plus flatteur, voire beaucoup plus flatteur, pour la candidate socialiste, que celui de tous les autres sondages publiés et réalisés sur la même période (voir ici) anticipent.
Pourtant le 23/04, un autre sondage en provenance du CSA – réalisé le 22/04 après 20h – donne, cette fois-ci, pour le 2ème tour, Sarkozy à 53,5% contre Royal à 46.5%. Des chiffres sensiblement différents de ceux du 20/04 et qui sont bien davantage en phase avec les estimations de la majorité des autres instituts qui donnent Sarkozy vainqueur, avec une marge plus ou moins confortable.

Que s’est-il donc passé dans la tête des sondés entre le 20/04 et le 22/04, alors que la campagne officielle est interrompue, qui a poussé le CSA a changé de manière aussi rapide et aussi sensible ses chiffres sur le 2d tour ?

Une explication plausible m’a d’abord paru être le discours de Ségolène Royal, presque unanimement décrit comme d’une médiocrité rarement (jamais?) atteinte dans l’histoire de la présidentielle. Pourtant est-ce suffisant pour perdre 3,5 points d’intentions de vote ? Surtout, le sondage a certes été réalisé après 20h, mais Ségolène Royal n’a pas pris la parole avant 21h30, heure à laquelle, une bonne partie des 1005 personnes nécessaires à la réalisation du sondage en question avaient probablement déjá répondu.

Sans vouloir tirer de conclusions hâtives, ni pointer du doigt, je trouve ces écarts assez, hmm, surprenants. Ceci d’autant plus qu’ils contrastent avec l’accuité générale des sondeurs qui ont finement observé les mouvements de l’opinion, comme le remarque Jean-Michel Apathie.

Alors comme Laurent le suggère, la moindre des choses est peut-être de garder cet épisode en tête la prochaine fois qu’on nous présentera un sondage made by CSA.

Est-ce suffisant ? That is the question…
p.s : en parlant de chiffres, je ne suis pas encore parvenu á mettre la main sur les résultats du vote des Francais du Danemark. Le ministère des Affaires Etrangères ne communique que les résultats globaux sur son site. Quoiqu’il en soit, le modèle danois ayant été relativement présent dans la campagne, (pour une fois que ce qui se fait á l’étranger ne sert pas de repoussoir…) je suis assez curieux de voir comment ceux qui le pratiquent au quotidien ont voté. Je me renseigne demain, c’est promis.

Advertisements

1 Response to “Les chiffres paradoxaux de l’institut CSA”


  1. 1 Buildfreedom 25/04/2007 at 2:20 am

    Comment l’Institut CSA fait le spectacle… Et en faisant le spectacle, fait l’opinion.

    Décortiquons la « méthode » CSA et démasquons son mobil : à qui profite le spectacle ?

    Depuis le début de la campagne, l’Institut CSA fait le spectacle :
    Episode 1 (rappel : Bayrou est en hausse dans tous les sondages. Dépassera-t-il Royal ? Sa dynamique peut-elle se briser ?)
    Premier à mettre Bayrou au niveau de Royal à 24% (bond de 7% !), le 8 mars. [1]
    Premier à faire chuter Bayrou (24 à 21%), le 15 mars. [2]
    Premier et seul institut à être sanctionné par la Commission des Sondages, qui invalide ses études des 8 et 15 mars.
    Seul à annoncer un second tour Royal/Sarkozy à 50/50, le 22 mars. [3]
    Episode 2 (rappel : Rocard et Kouchner quittent le navire qui prend l’eau et soutiennent la démarche de Bayrou.)
    Seul à mettre Bayrou en hausse (+2%) à 2 points de Royal (21% et 23%), le 15 avril. [4]
    Seul à mettre Bayrou en baisse (-2%) et annoncer un second tour Royal/Sarkozy à 50/50, le 16 avril. [5]

    Toutes ces études étaient et sont à contrecourant ou reflétant très exagérément les résultats des autres instituts.
    C’est pourquoi ils ont fait et font aujourd’hui la Une. Ce qui les rend beaucoup plus prégnants sur l’opinion.

    En faisant le spectacle ainsi, CSA s’assure une large diffusion de ses études et tente de peser de tout son poids sur les résultats de l’élection.

    Cerise sur le gâteau : le 20 avril, 23h50, Bayrou recule derrière Le Pen à 16%, Royal est à un point de Sarkozy au premier tour et à 50/50 au second !

    A votre avis, pour qui roule l’Institut CSA ? Ou plutôt contre qui ?


    [1] : Bayrou en hausse continue à 20% (LH2 +3), 21% (BVA +4), 18,5% (TNS-SOFRES +6,5 mais en 15 jours), 19% (IPSOS +1,5), 19% (IFOP +2)
    [2] : Bayrou en hausse ou stable à 22% (LH2 +2), 21% (BVA =), 23,5% (TNS-SOFRES +4,5), 23% (IPSOS +4), 23% (IFOP +4)
    [3] : Sarkozy vainqueur de Royal par 52/48 (LH2), 54/46 (BVA), 54/46 (TNS-SOFRES), 53/47 (IPSOS), 52/48 (IFOP)
    [4] : Bayrou en baisse ou stable à 18% (LH2 =), 18% (BVA =), 17% (TNS-SOFRES –3), 17,5% (IPSOS –1,5), 18% (IFOP –2)
    [5] : Bayrou en hausse à 19% (LH2 +1), 19,5% (IPSOS +2), et Sarkozy vainqueur de Royal par 51/49 (LH2), 55/45 (BVA), 52/48 (TNS-SOFRES), 52/48 (IPSOS), 53/47 (IFOP)


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s




Let this diversity of opinions be propounded to, and laid before him; he will himself choose, if he be able; if not, he will remain in doubt. "Che non men che saver, dubbiar m' aggrata." ["I love to doubt, as well as to know."-- Dante, Inferno, xi. 93] for, if he embraces the opinions of Xenophon and Plato, by his own reason, they will no more be theirs, but become his own. Who follows another, follows nothing, finds nothing, nay, is inquisitive after nothing. "Non sumus sub rege; sibi quisque se vindicet." ["We are under no king; let each vindicate himself." --Seneca, Ep.,33]"
Montaigne - Essais I, XXVI, Of The Education of Children
Add to Technorati Favorites

April 2007
M T W T F S S
« Mar   May »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blog Stats

  • 7,847 hits

%d bloggers like this: